« LET’S CLEAN UP NEPAL! », une nouvelle initiative écoresponsable

Le monde est changé par vos exemples, pas par vos opinions.

Les problèmes environnementaux du Népal commencent lentement à être reconnus par sa population, ou plutot quelques philanthropes éclairés. Espérons que cette prise de conscience commencera à conduire le peuple népalais vers des changements positifs, et donc, un avenir plus vert pour le royaume des cieux !

Mais ce dont nous sommes aujourd’hui témoins, ne sont que les premiers petits pas en avant, sur un chemin qui prendra des décennies et une forte bonne volonté générale, avant que les courageux participants qui l’arpentent ne perçoivent sa ligne d’arrivée sans fin…

Au cours de cet article, nous allons parler de l’un des visionnaires, ou peut-être de l’un des rêveurs, menant la marche pour le nettoyage environnemental du Népal. Montrant aux Népalais, le chemin vers un changement de mentalité et la disparition de leurs mauvaises habitudes concernant le traitement des déchets.

« Ici, au Népal, il y a toujours un manque d’éducation sur l’environnement… »

52364131_346071815990934_5337863661312540672_n

Raj est un vigoureux guide des montagnes âgé de 30 ans. Enthousiaste, altruiste et ambitieux, il croit sincèrement que le Népal peut être un pays plus propre. Et il a décidé de consacrer sa vie afin de s’en assurer. Son projet Lets Clean Up Nepal ! « Nettoyons le Népal ! » est l’un des nombreux projets qu’il met en mouvement pour l’avenir de l’écosystème constituant sa bien-aimée patrie. Nous reviendrons postérieurement sur son inspirante histoire.

Car premièrement, il faut souligner ce qu’il a accompli jusqu’à présent. Parce que ce type n’est pas qu’un bavard….

Depuis octobre 2017, Raj a organisé, participé et dirigé, une vingtaine d’événements de nettoyage au Népal (Lac Tilicho, Thamel, Everest, Haut Mustang, Rivière Bagmati, Temple Swoyembhunath…) et même dans le monde (Suisse, Thaïlande…). Ses missions de récoltes des déchets dans les camps de base ou les zones touristiques, sont loin d’être les limites de son champ d’action. Le brave, plante également des arbres, met en place des campagnes de sensibilisation dans les écoles, et informe la communauté des voyageurs internationaux à propos des problématiques de son pays. Mais Raj ne s’arrête jamais au simple énoncé du mot « problème » pour lequel il a toujours une « réponse » ou une « solution ».

« Notre intention n’est pas seulement d’aller à un endroit et de nettoyer, mais nous voulons aussi diffuser un message dans tout le Népal. Et le monde ! Parce que les ordures ne sont pas seulement un problème népalais ! »

Rappelons que Katmandou est connue comme la 5ème capitale la plus polluée du monde. Les lieux sacrés, les montagnes et les rivières se remplissent d’une quantité bientôt irréversible de déchets organiques et plastiques. On estime qu’il y aurait entre 800 et 1000 tonnes de déchets produit par jour produits par la vallée….

5312386971_925f4ca91d_b

« C’est ce que font les gens du coin, ils mangent et jettent. On se fiche de notre nature »

 

Peux-tu nous raconter ton histoire Raj ?

« Je m’appelle Raj. Quand j’ai emménagé à Katmandou il y a 13 ans, j’ai commencé à faire des petits boulots, à travailler un peu par ici et là. C’était très dur de se nourrir dans la ville, vous savez. J’avais besoin de pêcher si je voulais manger. Après quelques années, tout a commencé à bien se passer pour moi. Mais j’en avais assez de cette pollution, de la poussière…

Tu sais que tout est en désordre dans la ville de Katmandou. Nous, la plupart des Népalais, nous avons un grand rêve pour changer notre vie et notre foyer. Aller à l’université pour s’instruire… et ensuite partir à l’étranger. (Laisser le désordre derrière nous…)

51644431_280820095919960_7472002644060405760_n.jpg

Mais ma vision n’était pas celle-là. J’aborde les choses de manière la plus simple.

J’étudiais la gestion à l’époque. Mais je n’étais pas satisfait de mon histoire. Moi, j’aime expliquer, parler aux gens, à chaque instant, j’ai envie de parler. C’est ma passion. Donc, je travaillais et je regardais toujours des films d’aventures, je lisais des blogs d’aventures[j’espérais un jour écrire les miennes.].

Alors, je me suis dit : pourquoi est-ce que je fais ce travail, assis là à ne rien faire? J’ai décidé : ok, l’intérêt doit venir du cœur. J’ai donc changé et j’ai commencé à faire du trekking. Et puis je me suis fait des amis avec les touristes, et j’allais avec eux pour voyager. J’aime les étrangers parce que je veux en savoir plus sur le monde. (…) Je veux connaître leur expérience du Népal.

Chaque touriste, quand il vient au Népal, a beaucoup d’attentes. Parce que lorsque vous cherchez le Népal sur Internet d’abord, vous voyez de belles photos, sinon vous ne viendriez pas.

Mon intention est la suivante, si quelqu’un s’attend à quelque chose en venant au Népal, nous devons lui servir.

La dernière fois que je suis allé à Annapurna, j’étais comme tout touriste : J’en attendais trop. J’ai entendu : « un beau lever et un beau coucher de soleil », mais je n’y étais jamais allé.

Et puis quand nous y sommes enfin allés avec mes amis, au début, de loin, ça avait l’air magnifique… Puis quand nous sommes arrivés, elles étaient partout… Les ordures !

Mes amis me demandaient : Oh mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? Les gens s’en fichent ?

Et j’ai dû répondre : C’est ce que font les gens du coin, ils mangent et jettent. On se fiche de notre nature.

Ce jour-là, je leur ai promis : Un jour, j’apporterai du changement pour le peuple népalais. Je veux faire quelque chose pour cette planète. Je ne laisserai pas plus de dégâts qu’aujourd’hui ! »

 

« Comment le Népal peut-il changer si même les jeunes ne comprennent pas qu’il y a un problème ? »

 

pictu

Donc tu penses que ça commence par les mentalités ?

« […] Après quelques mois, j’étais dehors, je rentrais chez moi, je mangeais une banane.

Et quand j’ai fini, je me suis demandé où mettre cette peau de banane. Il n’y a pas de poubelles, nulle part.

En chemin, il y avait un magasin. Où trois femmes et un homme étaient assis devant. J’ai vu un sac en plastique et je suis allé y mettre la peau de banane.

Et ils se sont mis à crier ! Ils disaient : Pourquoi tu l’as mise ici !? Nous ne sommes pas ici pour nettoyer vos ordures, vous ne devriez pas les mettre ici ! Nous ne sommes pas ici en attendant de récolter vos restes. Ils ont commencé à me menacer ! (ils préféraient que je le jette dans la rue plutôt que dans leur poubelle !)IMG_5624

J’ai essayé d’expliquer[pourquoi ce n’est pas normal]. Mais ils n’ont pas écouté, et encore une fois, ils ont crié. Alors j’ai dû le ramasser. Je l’ai ramené dans ma chambre.

Les gens qui criaient étaient très jeunes… Et je me suis dit : Oh mon Dieu, comment le Népal peut-il changer si même les jeunes ne comprennent pas qu’il y a un problème.

Je me sentais très triste ce soir-là. Je n’arrivais pas à dormir.

51538340_2349271715306755_1516004557908344832_n

Au début, j’étais découragé, mais ensuite, j’ai commencé à apprendre une leçon. Et je n’arrêtais pas de me demander comment pouvons-nous changer ?

Après quelques jours, je suis retourné à la montagne. Encore des ordures partout, des gens qui brûlent des ordures ou les jettent dans la rivière… J’ai ramassé du plastique sur le chemin et je l’ai donné aux femmes et je leur ai demandé : « Pouvez-vous le récupérer, le recycler ? Et elle a commencé à le brûler… » (C’est alors que j’ai compris que je ne devais que reprendre mais éduquer) »

« Nous avons une montagne sale, des rivières noirs, une ville en désordre, mais pourquoi ne pas les nettoyer ! Nettoyons le Népal ! »

 

Quand est-ce que « Nettoyons le Népal! » a vraiment commencé ?

cover

J’étais avec une amie française, Christine. Elle est très forte mais plus lente que moi. Pendant que j’attendais, j’ai commencé à ramasser des ordures. J’ai fait ça pendant onze jours. Je n’arrêtais pas de me dire :

Nous avons une montagne sale, une ville en désordre, mais pourquoi ne pas la nettoyer ! Nettoyons le Népal ! Le message était né.

J’ai demandé à un ami espagnol de créer une page sur Facebook pour cette initiative. Et avec Internet, les choses commencent à aller très vite !

« Raj est un homme au grand cœur avec beaucoup d’humilité. Il est soucieux de toutes les problématiques qui peut être rencontré au Népal , il ne brasse pas seulement de l’aire mais il agit . Tous ces projets sont structurés qui non seulement ont une vraie logique, mais qui porte de vrai solution. Des solutions qui sont pour le futur. Ça philosophie  » agir maintenant, pour demain «    -Kevin, un éco-touriste français qui travaille actuellement avec lui.
Raj n’est pas le seul à se battre pour nettoyer les paysages fascinants que le Népal a à offrir. Mais les projecteurs doivent être braqués sur ces importants acteurs de la cause environnementale, afin de diffuser et créer prise de conscience. Car c’est le premier pas vers un changement profond et sur le long terme.

On s’attend aussi à ce que le gouvernement népalais montre plus de soutien envers ces associations qu’il ignore. Et que des mesures drastiques, au point de vue légal et organisationnel soient mises en place. L’avenir économique touristique du pays en dépend, autant que la santé de ses citoyens….

Et toi, penses-y la prochaine fois que tu lances quelque chose dans la rue ou dans les montagnes. N’attendez pas que des gens comme Raj viennent le chercher. Le Népal n’a pas besoin d’un plus grand nombre de nettoyeurs bénévoles, mais de moins d’ordures laisser derrière en espérant qu’ils les ramassent.

Pour soutenir Raj Dans son grand projet de Nettoyage, Visitez la Rubrique DONATION dans le MENU de notre site ! Ou juste ici :

Let’s Clean Up Nepal !

Contribuez à la transition écologique du Népal. Votre Don servira à acheter du matériel de sensibilisation pour les jeunes, des produit hygiéniques biodégradables, et à financer des nouveaux systèmes de traitement des déchets...

€2,00

 

Cet Article est Traduit d’un Reportage Officiel dont je suis l’auteur, realisé pour, et publié dans sa version originale anglaise sur, KathmanduTribune.com.

“Not So Lonely Road, Ensemble Aidons nos Héros des Sentiers Battus, à se sentir moins Seuls !”

Publicités

Rédigé par notsolonelyroad

Derrière l'avatar vous trouverez un jeune homme comme les autres, en proie à sa passion qu'il tente de poursuivre tant bien que mal. Quelqu'un en quête d'évasion. Ouvert d'esprit et déterminé à comprendre mon prochain, je pars sur les routes avec pour seul compagnon mon sac à dos. Car j'ai toujours refusé de me contenter d'une simple projection de ce qu'est, et de ce que pourrait être, notre monde; d’être abruti par les frontières ridiculement gigantesques de l'ignorance et de la peur. C'est pourquoi je pars à la conquête des grands chemins perdus entre les oasis de la mondialisation, et cela dès que j'en ai l'occasion, pour me perdre. Ainsi, j’espère trouver l'introuvable, parler à l'inconnu, et visiter le mystérieux.

(2 commentaires)

  1. Je suis actuellement au Népal et je suis attristée par ce que je vois. Je n’arrive pas à profiter pleinement de mon voyage de par cette pollution incroyable de plastique.. Je veux aider Raj par la création d’un dessin pour sensibiliser à ne plus en utiliser, comment pourrais-je le contacter ?
    Merci pour ce superbe article 🙂

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :