Comment Faire son Sac avant un Road Trip ? Top 10 des incontournables

« Un sac pour seule maison… »

 

Voilà une phrase que j’aime déclarer à tout-va. Et qui me donne toujours autant de frissons lors de son énonciation un tantinet prétentieuse. Pourquoi ? Relisez-la. N’est-ce pas un beau concept ? Cinq mots suffisants à résumer des milliers des kilomètres incertains, des centaines de rencontres fortuites, des dizaines de péripéties arbitraires, et d’innombrables souvenirs. Un défit incommodant, une révolte acharnée, une aventure ésotérique… Mais surtout, une ode à la liberté ! Voilà la définition d’un vrai baroudeur.

Tout ce que je possède écrasé entre quelques bouts de tissus… Vêtements, livres, couverts, nourriture, lit, toit… Mon patrimoine résumé en une quinzaine de kilos.

Et jamais quelque chose d’aussi lourd ne m’offrira un tel sentiment de légèreté !

À votre tour, montrez de l’outrecuidance en vous appropriant cette phrase :

Vous n’avez besoin de rien ni personne. Vous pouvez disparaître des jours, des semaines, des années, sans jamais avoir à rebrousser chemin.

Mais pour cela, il faut d’abord savoir comment assembler ce fardeau qu’exige l’autonomie…

1- Un BON Sac

52684461_631600463926435_5549070645188362240_n.jpg

Bon sang ça coule de source non ? Qu’elle est la chose que l’on regrette toujours trop tard hein ? Quand le téléphone tombe par terre, quand il se met à pleuvoir à mis chemin du bureau, quand vous dites « je crois que ca a craqué » ..?
Une bonne protection ! Voilà ce qui vous a manqué. Si vous tenez à quelques choses en ce bas monde ne remettez jamais au lendemain le petit surcoût de sa protection. Et ravalez votre avarice pour jouir du gage de la qualité.

 

Que vous soyez en plein milieu du Périgord ou dans les Highlands écossaises. Si une lanière, une fermeture, une poche vous lâche… Je ne sais pas même pas quoi vous dire… Trouvez-vous un autre site pour apprendre à faire des baluchons en peaux de fesses et feuilles de bananier !

 

[L‘astuce à retenir :] Essayez votre sac avant votre départ, le confort qu’il pourvoit entrera très vite dans la balance. Finalement, pensez aussi à ce qu’il soit imperméable sur le long terme, afin de conserver vos biens un maximum. Car je ne vous souhaite pas de constater tardivement la différence entre une averse et un orage.

 

2-Un BON Sac de Couchage

IMG_4155

Les ecarts de températures sont un des fléaux les plus mortels que la route soumet à ceux qui s’en écartent.

 

Calculez à l’avance le climat des zones parcourues et adaptez votre matériel en fonction de vos prévisions.
Un sac de couchage « Super cool » acheté premier prix à Décathlon, ou dans un Fake Market de Hanoi, n’est pas super cool si sa résistance ne dépasse pas les -8 degrés alors que vous faites du camping au bord du lac Baïkal en Sibérie.
[Petite Astuce :] Pour les petits budgets à la recherche de matériel pro’ , visitez les surplus militaires.
La chaleur n’est pas à prendre à la légère non plus.

 

Il vous faut protéger votre corps, même sous des chaleurs tropicales sans pour autant accélérer votre déshydratation. Laissez les protections hivernales au placard et trouvez un cocon plus léger, plus adéquat. Un sac à viande ou une couverture estivale feront l’affaire. La moustiquaire et le hamac sont des alternatives tout aussi intéressantes…

 

3- Un BON Tapis de Sol

52115601_245195723028770_619106182665076736_n

Le tapis sol ne sert pas juste de matelas ! C’est avant tout un isolant contre la fraîcheur et l’humidité des sols.

 

Oubliez les matelas gonflables ! Ca prend de la place et c’est fragile comme la porcelaine de mère-grand ! Une fois percé, ce qui arrivera très rapidement, il ne vous servira plus à grand chose. Dans un premier temps, ne pensez jamais en terme de confort, mais de résistance.

 

Le combo mousse/aluminium (reflète les rayons infrarouges issus de la chaleur corporelle) est parfait. Ca ne pèse pas grand chose et franchement, ca claque ! Accrochez-le stratégiquement à l’extérieur de votre sac, les gens sauront qu’ils n’ont pas affaire à un backpacker/hosteler classique. Mais un vrai dur à cuire qui va dormir là où on trouve les meilleures vues.

 

4- Une Tente SOLIDE et LEGERE

IMG_0630

Vous pouvez laisser tata à la maison, mais pas la tente. Cette dernière sera plus réconfortante et chaleureuse que le nid familial auquel vous avez tourné le dos, particulièrement une fois la première centaine de bornes franchit.

 

Trouvez des modèles légers, facilement transportables. Pensez à l’aération qui lutte contre l’amas d’humidité. Mais aussi à la résistance face aux vents, un tapis de sol étanche integré, et un KIT DE REPARATION. Croyez-moi, je parle en connaissance de cause, vous ne voulez pas avoir à dormir dans des toilettes de chantier polonais à cause d’une fuite d’eau surprise à trois heure du matin.

 

Des modèles très satisfaisants existent entre 100 et 200 euros. Si vous sortez de l’Europe, n’investissez pas moins.

 

Notez que le camping est une activité considérée comme étrange dans la majeure partie des Pays du Tiers Monde. Donc, rares seront les boutiques de Vieux Campeurs entre Jakarta et Timbuktu.

 

5- Un Kit de Premiers Secours

4880769022_d9fbdb4cf3_b

Je préfère aborder le sujet le plus tôt possible. Gardez à l’esprit que sur la route, le moindre accident peut prendre des envergures démesurées.

 

Votre santé est la priorité, au-delà du confort, au-delà de tout. Pensez toujours au pire avant d’anticiper le meilleur. Si vous avez le choix entre un objectif d’appareil, un Lonely Planet en trois tomes sur l’Asie, le souvenir pour le petit copain de la grande sœur… ou une bouteille de désinfectant ! Oubliez vos nouvelles photos de profil Facebook, ou les adresses de ce restaurant conseillé il y a 5 ans, ou la babiole made in china. Le plus important, c’est de rentrer saint et sauf, car une histoire vos mille artefacts.

.
Une trousse simple et efficace se compose de :

Une Couverture de Survie (vous en trouverez à l’entrée de tout les magasins de sport.), l’hypothermie arrive sans préavis.

Bandages, pansements, désinfectant. La moindre coupure peut se transformer en une infection cauchemardesque.

Une pince à épilé, un coupe ongle, un Aspi Venin. Vous ne voulez pas avoir un corps étranger qui s’enfonce dans votre chaire pendant plusieurs jours. Les dards, échardes, et autres, élisent domicile tels de dangereux squatteurs.

Un briquet + Papier. Croyez-moi vous en n’aurez jamais assez. De plus, c’est un désinfectant de dernier recours. Ce n’est pas pour rien que l’Histoire de l’Humanité commence avec une flamme.

Deux petites fioles de cérium physiologique. Vos yeux sont les organes le plus fragiles de votre corps, la moindre poussière doit être traitée avec attention.

Laissez dans le placard les compléments vitaminés et Dolipranes. Un thé avec des épines de sapin, ou le carré de chocolat et les sachets de sucre d’urgence pour éviter la crise hypoglycémique, sont des remèdes ancestraux et indémodables.

 

6- Des Gamelles/Gourde(s)

Untitled
Non, je ne pense pas d’abord à la pause dej’, mais aux récipients que cela vous offre.
Bouillir de l’eau est une garantie de potabilité. (N’oubliez pas les 3 critères de potabilité: odeur, vue, goût. Et par pitié jamais stagnante!) Et par pitié jamais stagnante!).

 

Selon les zones à traverser, il vous faudra repérer les points ou cours d’eau à l’avance. Il faut -au minimum- pouvoir transporter 1,5 litres d’eau par jours. Entre 3 et 4 dans les déserts. Conservez toujours 50cl pour le lendemain matin.

 

Mangez chaud est aussi un puissant soutien psychologique quand vous êtes seul au milieu de la nature sauvage et que vous avez fait 35 kilomètres de montagne sous la pluie.

 

Une fois de plus, privilégiez les matériaux solides en métaux et alu. Laissez le plastique derrière. Une gourde percée peut-être fatale. Et une assiette en plastique sur le feu ca ne réchauffe pas votre soupe. Votre choix doit se tourner vers ces couverts d’exterieurs appellés « gamelles« . Ils sont disponibles dans les grandes surfaces sportives (Décathlon, Go Sport…).

 

[Astuces :] Il existe de nombreuses zones et saisons interdisant les feux de camp. Si vous faites face à cette legislation, pensez à prendre un petit bute à gaz + araignée portative.

7- Plusieurs Couteaux

5485926479_6f0d1e4f5a_b

Simbad l’aventurier, disait qu’un couteau a plus de 100 fonctions.

 

Je ne vous les citerai pas aujourd’hui. Cependant, croyez-moi quand je vous dis qu’il a raison. Essayez d’avoir un multi-fonction (comme le Couteau Suisse) en guise de boite à outils, et une deuxième lame de qualité bien aiguisée. (comme un Laguiole, Opinel…).

 

[Rappel:] Une lame plus grande que la paume de votre main est une arme blanche, illégale, et pouvant vous attirer les foudres des autorités. Laissez vos couteaux de chasse et lame de GI Joe chez vous. De plus, les couteaux seront régulièrement confisqués lors des passages aux frontières par des douaniers véreux. Alors, évitez d’emmener avec vous l’héritage que vous a légué votre papy pêcheur ou grand oncle légionnaire.

 

8- Des vetements adaptés en petite quantité

ori.jpg
Un peu de lessive, c’est toujours moins lourd que 8 t-shirts 2 pulls embarqués « au cas où »…

 

Pour les aventures en zones fraîches, privilégiez des vêtements de qualité. Il faut éviter de porter trop de couches supperposées, sinon la sueur s’accumule et fera chuter votre température corporelle à la moindre pause. Prevoillez 2 set de changes :

En cas d’intempéries.
Pour la Nuit.

 

Ne faites jamais du surplace dans des vêtements humides. Et changez de chaussettes avant de dormir encerclé par des températures négatives.

 

[Petite Histoire/Exemple :] Une nuit, dans le désert de Gobi (-25 degrés), j’ai oublié d’enlever mes chaussettes imbibées de sueur après une longue journée de marche. Le lendemain matin, la chaussette avait gelé autour du pied. Et impossible de mouvoir ce dernier. J’ai dû me traîner dans le sable à la recherche d’excréments de chameaux pour faire un feu et y laisser mes pieds plusieurs heures avant de pouvoir m’en servir à nouveau. Et je ne vous parle pas de l’atroce douleur… Depuis ce jour, j’ai toujours une paire de chaussettes sèches sur moi. Parfois même dans la poche.

 

9- Une Trousse Hygienique

3928848699_05a03fa194_b.jpg

PQ, Brosse à dents (pliable) , dentifrice, savon en barre (et bio!) et gant de toilette. POINT.

 

Oubliez le déodorant et les parfums, ils ne combattront pas l’odeur de l’effort. Ne vous en faites pas, on s’y habitue. Et de toute façon, les gazelles d’Afrique et les étalons mongols ne sont pas les mêmes que ceux arpentant les cafés parisiens et les rooftops new-yorkais… Il vaut mieux éviter de trop attirer l’attention et de se fondre dans l’ambiance olfactive du coin.

 

[Bonus Pratiquo-Ecolo:] Des sacs en toiles, ou recyclés, sont des petites poubelles idéales pour vos déchets et ceux croisés le long des sentiers. Ne soyez pas des crados irrespectueux et contribuez à préserver nos sanctuaires sauvages.

 

[Astuce:] Emballer ses affaires dans des sacs plastiques récupérés, offre une seconde couche protectrice et imperméable. De plus, cela aide à compartimenter son sac.

 

10- 2 Lampes torches.

5314198455_db040be636_o.jpg

Une rechargeable manuellement, une deuxième solaire. Difficile de trouver des piles au beau milieu de la forêt.

 

[Une de mes règles d’or:] Toujours avoir établi son lieu de camp avant le coucher du soleil. Toujours avoir établi son lieu de camp avant le coucher du soleil. Mais vous serez ravis de pouvoir braquer un faisceau sur le craquement de branches suspicieux à 3 heure du matin.

[MAIS CE N’EST PAS TOUT !]

 

11- Une Bonne Pair de Chaussures (+ Semelles de rechange)

 

Imperméabilité, durabilité. Voilà encore un élément qui mérite de casser sa tirelire. Protégez votre moyen de transport le plus fiable s’il vous plaît.

12- Un Portable éteint (ou de rechange), et une batterie de rechange

C’est quand même mieux que d’avoir à écrire S.O.S dans le sable d’une plage déserte, ou jouer aux signaux de fumés Indiens non ?

13- Stylos, Papiers, Ficelles, Scotch Industriel… Votre cervelle !

Croyez moi. CA PEUT TOUJOURS SERVIR !

Publicités

Rédigé par notsolonelyroad

Derrière l'avatar vous trouverez un jeune homme comme les autres, en proie à sa passion qu'il tente de poursuivre tant bien que mal. Quelqu'un en quête d'évasion. Ouvert d'esprit et déterminé à comprendre mon prochain, je pars sur les routes avec pour seul compagnon mon sac à dos. Car j'ai toujours refusé de me contenter d'une simple projection de ce qu'est, et de ce que pourrait être, notre monde; d’être abruti par les frontières ridiculement gigantesques de l'ignorance et de la peur. C'est pourquoi je pars à la conquête des grands chemins perdus entre les oasis de la mondialisation, et cela dès que j'en ai l'occasion, pour me perdre. Ainsi, j’espère trouver l'introuvable, parler à l'inconnu, et visiter le mystérieux.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :